lundi 15 septembre 2014

Sur la route...

Les vacances d'été sont déjà loin...
Trop loin...
Mais pas autant quand même.
Il me reste encore le teint halé, les photos sur mon ordinateur a organiser en album souvenir. (Note a moi même: faire par la même occasion les albums datant de 2003 a aujourd'hui....). Et l'énergie positive qui m'envahie a chaque retour de vacances. Vous la connaissez vous cette énergie positive du retour des vacances? Celle qui vous donne la pèche pour reprendre la routine? Si je ne pars pas en vacances pour le luxe de vivre le farniente avec mari et enfants, je pars pour cette énergie qui me transporte pendant de longs jours après le retour à la maison.

Cette énergie prend source déjà en faisant les bagages.
Quand on part en vacances on n'amène dans nos valises que le stricte nécessaire pour tenir le temps du séjour. La contrainte du poids lorsqu'on rempli les valises pour partir en avion nous oblige a bien réfléchir a ce que l'on veut vraiment avoir avec nous. La contrainte de l'espace lorsqu'on part soit en voiture, soit en train, soit juste en sac à dos, nous oblige aussi à faire des choix précis sur le contenu de nos valises.

Nous partons souvent en voiture. En petits périples de quelques jours. Nous nous amusons à découvrir plusieurs régions différentes. 3 jours ici, une nuit là, pour repartir ailleurs et faire moins de route le lendemain, 1 semaine ici et pour le retour à la maison encore deux nuits à un autre endroit. Nous faisons des boucles sur les autoroutes françaises. Du Nord au Sud, de l'Est vers l'Ouest, pour mieux remonter vers le Nord et nous arrêter jusque l'année prochaine. De vrais oiseaux migrateurs, le temps d'un break estival cordialement accordé par nos employeurs.

Dans cette voiture il y a mon mari, mes enfants, nos affaires et moi. J'ai presque plus souvent la tête tournée vers mon mari ou mes enfants que le regard fixe sur la bande de séparation des voies de l'autoroute. La vue que je préfère donc en étant en voiture est très fortement délimitée par la carlingue de notre Toyota. Je vois les jambes de mes enfants, pieds nus, tendus, appuyés sur la glacière, les sacs à dos remplis de jeux et coussins et doudous amenés pour le voyage.

C'est à cet instant précis, que je suis le plus heureuse dans la vie. Cet instant où je réalise que tout ce dont j'ai besoin se trouve dans un espace aussi petit que l'intérieur de notre voiture familiale.
Je n'ai besoin de rien d'autre pour être bien. J'ai mon mari, mes enfants, nos papiers, un peu d'argent, et deux ou trois changes que je laverai au fur et à mesure du voyage. Mon téléphone pour appeler ma famille qui de toutes les façons vie déjà loin de moi. Et c'est tout.
Ce qu'on laisse à la maison? Que du luxe, que du superflu qui enjolive notre vie. Que des choses dont la société actuelle nous encourage a posséder pour rester à l'heure du jour.

Je me sens bien dans ma voiture. Je ne suis pas forcément confortablement installée parce que j'ai moi aussi mille et une choses aux pieds: a boire, mon pull si j'ai froid, mon livre si j'ai envie de lire... les sacs à vomis prêts à être dégainés au rythme des kilomètres qui défilent.... mais je suis bien. Nous pouvons partir à l'autre bout du monde, rien ne me retient. Je sens que je n'ai pas d'attache, que je peux aller partout, j'ai ce qui m'est le plus cher avec moi.

De ce sentiment nait cette énergie positive. Cette niaque qui te donne la force de grimper n'importe quel sommet, de déplacer n'importe quelle montagne et même d'aller chercher la lune si il le fallait.
Et lorsque le séjour s'achèvent, que la voiture est garée, le contact du moteur éteint, le coffre encore rempli de valises et la tête pleine de souvenirs, j'ai d'un coup cette boule d'énergie qui a gonflé pendant ces merveilleuses semaines qui commence a libérer ses ondes positives.

Le plus difficile dans cette histoire, est de faire en sorte de ne pas dépenser tout son capitale vitalité en trop peu de jour et de le faire tenir jusqu'aux prochaines vacances.
Pour l'instant je suis encore sur ma vague. J'espère que vous aussi.... parce que la route vers les prochaines vacances, avec cette rentrée spéciale dans le thème des nouveaux rythmes scolaires a demandé beaucoup d'énergie.

Je vous souhaite pour cette nouvelle année scolaire, une bonne route!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous avez laissé un commentaire,...merci beaucoup!!! Je vous répondrais c'est sur!