lundi 12 mai 2014

Petit Jeu

Aujourd'hui je vous propose un petit jeu d'écriture. Je ne prétend pas qu'il soit aussi réussi et intéressant que ceux que l'on trouve chez www.toutalego.fr mais au moins il a le mérite de pouvoir être interessant pour découvrir comment nos esprits évoluent un an après....Voici donc l'idée du jeu: Reprenez l'article que vous avez écris l'année dernière, ou celui qui se rapproche le plus de la date d'aujourd'hui, il y a un an. Prenez le thème de cet article et repartez sur un nouveau.
L'année dernière j'ai écris sur celle que je n'aime vraiment pas. Un an après.....Il n'y a rien à faire... Année après année c'est la même rengaine. Je ne l'invite pas. Je ne veux vraiment pas qu'elle vienne et elle le sait. Ca ne la gène pas. Elle est comme elle est celle là! Et si cela ne plait pas, bah tant pis. C'est pareil. Elle est là, elle s'installe et le plus énervant là-dedans c'est qu'elle s'incruste. Mais quelle teigne, quelle teigne!  Et en plus elle nargue les enfants. Elle les provoque et les rends hystériques. Bon c'est chouette parce qu'elle les mets plus souvent de bonne humeur que de mauvaise. Mais résultat quand elle s'en va, c'est la panique chez les petits. "Pourquoi tu paaaaars... quand Est-ce que tu reviiiiieeeens???" Bon moi je vous avoue que lorsqu'ils pleurent je jubile silencieusement.... Cette année j'ai encore fait don de ma bonne attitude et j'y suis retournée, une heure. Ouaouh...
Sur le chemin j'ai du expliqué à deux reprises (j'ai deux filles) pourquoi je ne l'aime pas.
Cette année, ce qui m'a réellement frappé ce sont ces gens qui lui rendent visite. J'étais d'un coup entourée de gens vétus de manière très particulière. La boue s'étend invitée j'ai été frappée par ces femmes qui pour l'occasion avaient sorti leurs plus beaux talons. Une en particulier portait des chaussures type mariage et peinait à marcher dans les allées... Son mari, lui muni des son plus bel ensemble de survetement fermé jusqu'au cou par une fermeture éclaire bien présente, semblait très agacé du rythme de croisière nettement plus lent de son épouse...
C'est à leur vue que j'ai commencé à analyser la situation. C'était comme si nous faisions parti de ceux qui n'avaient pas recu le bristol avec le dresscode souhaité. La majorité des hommes étaient en jogging et les femmes, souvent très jeunes, étaient fardées comme dans le temps au bal musette... habillées de leurs plus moulantes robettes.....
Les enfants eux, portaient des cirés et des bottes, sauf les notres...
Ce qui m'a le plus frappé c'est que nous habitons un ville suffisament petite pour reconnaitre les gens dans la rue. Ils appartiennent aux murs de notre villes autant que nous et nous nous reconnaissons. C'est quand meme agréable... et là, je ne reconnaissais personne. Il y avait une multitude de gens inconnus...Comme si sur son passage elle entrainait avec elle les gens comme le joueur de flute de Hamelin.... aaaahhh... ca fait peur...
Somme toute, j'ai encore conclu que je ne la comprenais vraiment pas. Qu'il fallait que je finisse par l'accepter telle qu'elle est...peut etre que lorsque j'aurais accepté ses odeurs, ses bruits, son ambiance, elle m'acceptera aussi telle que je suis et nous ferons meilleur ménage l'année prochaine. Parce que oui, j'irais aussi lui redire bonjour..
Aujourd'hui, elle part.... A l'année prochaine, fête forraine.

A vous mainenant!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous avez laissé un commentaire,...merci beaucoup!!! Je vous répondrais c'est sur!